Exposé à la galerie d’art Lyon, Flacher peint la réalité, le quotidien. Selon lui,  « l’émerveillement de l’œil fait la lumière, la qualité de la lumière. En hiver, je peins des bouquets, des fenêtres, des natures mortes… aux beaux jours, des rues, des terrasses de café, le silence et le calme du jardin »

Jacques Flacher est un des artistes peintre rattaché  à l’Ecole lyonnaise. Né en 1943 dans l’Ain, il passe son enfance et grandit dans la Dombes. Après avoir vécu dans le Bourbonnais, puis en Haute-Provence, il s’installe à Jujurieux en 1977 car la lumière l’inspire tout particulièrement pour peindre ses toiles. Les rues et les paysages locaux constituent, avec les natures mortes, la majeure partie de son œuvre. Cette œuvre artistique aux tonalités très douces, est empreinte d’une grande sensibilité. Comme lui, d’autres artistes au 19ème et 20ème siècle pour la plupart originaire de Lyon, ont centrés leurs réalisations sur Jujurieux et ses environs. Le plus notoire d’entre eux est le peintre Antoine‑Jean Duclaux (Lyon 1783‑1868) qui a séjourné à Hauterive quelques années, aux alentours de 1820, et qui est revenu par la suite à plusieurs reprises à Jujurieux. En plus de celles de ses œuvres évoquant Lyon, l région du Lyonnais, la Bourgogne, le Languedoc ou l’Italie, il a laissé plusieurs tableaux, de nombreux dessins et une eau‑forte ( une technique particulière de gravure obtenue avec de l’acide nitrique) qui évoquent les paysages du Bugey, notamment Jujurieux et sa vieille église ainsi que le château de Varey en ruines. D’autres peintres lyonnais ont été attirés par cette région comme: Hubert‑de‑Saint‑Didier qui l’a traversée, vers 1837, en composant un recueil de lithographies sur le Bugey et plusieurs artistes qui, vers le milieu, à la fin du siècle et au suivant, ont consacré au moins une œuvre à ce village ou à ses environs tels que Fonville père (1805-1856),Ponthus‑Cinier (1812-1885), Pierre Sallé (1831-1899) ou Léon Perrin; au XXe siècle, Auguste Morisot (1857-1951)  et Joannès Son, de Bourg (1859-1942). Des peintres amateurs comme particulièrement expérimentés et doués, comme le baron Christophe Maupetit (1809-1888) ou Joanny Blanc‑Gonnet (1835-1877). Les œuvres de Duclaux sont représentées dans les musées en France et aux Etats-Unis ainsi que dans certaines galeries d’art Lyon celles de certains autres artistes spécialisés dans la région, sont conservées chez des particuliers ou des collections privées. On peut également mentionner plusieurs photographes dont Georges Alby, amateur averti (1858-1925).