Toutes les époques sont marquées par des tendances musicales et vestimentaires qui leur sont propres et c’est le cas des années folles. Les années 20 ont vu le jour juste après la Première Guerre mondiale. Ce fut une période florissante et révolutionnaire qui marquera à jamais l’histoire comme l’ère du jazz, l’apparition des premiers mouvements féministes, la prohibition de l’alcool et la naissance du crime organisé.

L’ère du jazz

Les années 20 sont aussi connues comme l’ère du jazz. À la fin de la Première Guerre mondiale, de nombreux musiciens migrèrent de la Nouvelle-Orléans vers les grandes villes comme Chicago ou New York, répandant dans leur sillage la musique jazz. Cette musique, qui a vu le jour en Nouvelle-Orléans, était très populaire chez les jeunes de l’époque au grand désarroi des adultes, qui la trouvaient perverse et immorale.

Grâce à la radio et au tourne-disque, le jazz s’est vite répandu à travers les Etats-Unis et a joué un rôle important dans la société américaine de l’époque en légitimant la musique afro-américaine qui, pour la première fois était jouée pour une audience mixte. Sexy et moderne, le jazz a encouragé les jeunes de l’époque à se rebeller contre la société traditionnelle. Il a non seulement introduit une approche plus libre par rapport à l’amour et au sexe, mais en plus, il a influencé de nombreuses formes d’art comme la littérature, la poésie et le design, et de nouvelles tendances comme le carré court et la coupe garçonne, la robe et la danse Charleston ou encore le sautoir en perles. Pour plus de détails, visitez le site www.art-twenty.com. Il est dédié aux tendances et à l’histoire de l’époque.

Les flappers : les It girls de l’époque

Les « flappers » comme on les appelait, étaient des jeunes femmes, les IT girls des années 20 qui se caractérisaient par leur liberté et leur style de vie que beaucoup jugeaient immoral, outrageux et dangereux. L’histoire se souviendra de ces femmes comme de la première génération de femmes indépendantes des Etats-Unis.

Avant les années 20, les femmes restaient à la maison, avaient les cheveux longs et devaient se tenir et se comporter docilement parce que leur sexe l’exigeait. L’arrivée des années folles mit fin à ces restrictions, du moins les flappers se rebellèrent contre ces idées : elles se coupèrent les cheveux, laissèrent corsets et gaines dans leur placard en faveur de la lingerie, se maquillèrent, raccourcirent leurs robes, trouvèrent du travail, devinrent financièrement indépendantes et sortirent le soir pour danser le Charleston jusqu’au petit matin.

L’époque est également marquée par une liberté sexuelle qui rappelle les années 60-70, encouragée par un pouvoir d’achat plus élevé, les premiers discours sur la contraception féminine et l’accessibilité de l’automobile.

La prohibition de l’alcool

Convaincus que l’alcool était la cause de la violence faite aux femmes et d’autres comportements immoraux, aux Etats-Unis, de nombreux groupes se sont battus pour sa prohibition vers la fin du 19 e siècle. Cette lutte aboutit à l’interdiction des boissons alcoolisées, la réglementation de la production, de la vente et de l’utilisation de l’alcool et la promotion de ce dernier pour des recherches scientifiques pendant la guerre et la mobilisation des troupes.

Nombreux sont ceux qui trouvèrent une faille à cette prohibition notamment la possibilité d’acheter de l’alcool pour des raisons autres que pour la boire (cuisine, expériences scientifiques et médicales). Ceci entraîna l’ouverture de nombreuses pharmacies dans les années 10. Il faudra attendre le 18 e amendement pour interdire la fabrication, la vente et le transport de l’alcool, mais une fois de plus, les Américains trouvèrent une faille à cette loi qui n’interdit pas la consommation de l’alcool.

Ce 18 e amendement marquera à jamais l’histoire du 19 e siècle et plus particulièrement les années folles puisqu’elle poussera de nombreux citoyens à braver la loi en fabriquant eux-mêmes leur alcool et à fréquenter les « speakeasies » – des bars et clubs illégaux qui devinrent le centre de la vie sociale américaine. La prohibition de l’alcool jouera un rôle important dans l’histoire de l’une des époques les plus marquantes de l’histoire des Etats-Unis en transformant des citoyens ordinaires en criminels.

La naissance du crime organisé et de la presse jaune

Le 18 e amendement donna naissance au crime organisé. Interdire aux entreprises légitimes de ne pas produire et vendre l’alcool était comme encourager les criminels à le faire clandestinement. Le marché de l’alcool se transforma en une entreprise florissante entre d’une part la production, la vente et le transport de l’alcool, et d’autre part la création et la protection des speakeasies.

De nombreux gangs dont l’arme de prédilection était le Thompson virent le jour. Très vite, ces derniers prirent le contrôle de tout ce qui concernait la production, la vente et le transport illégal de boissons alcoolisées, et très vite les rivalités naquirent, résultant la plupart du temps à de grands actes de violence. Les nombreux gangs et mafias se disputèrent la scène et le contrôle de l’alcool, dispute dont la plus célèbre reste le massacre de la Saint-Valentin organisé par Al Capone et Jack McGurn.

Les années folles virent également la naissance de la presse à scandales qui un siècle plus tard continue à faire vendre. C’est notamment ce désir de vendre plus que ses rivaux qui poussèrent de nombreux journaux à se lancer dans cette voie et dans le « fake news » aux dépens de l’intégrité journalistique.